Saison 2012-2013 : Le bilan des comédies

Alors ça va être vite vu parce que niveau comédies l’année n’a pas été très riche. Je crains que Friends ne m’ait rendue affreusement exigeante, et parfois je désespère de trouver une comédie qui ne me lasse pas rapidement. Mais comme trop de dramas nuit à la santé, à force de creuser j’ai bien trouvé de quoi m’occuper cette année. Et après bien des tris et quelques abandons, voici les grands gagnants de la saison passée :

3. Friday night dinner

Sitcom anglaise de Robert Popper

friday-night-dinner-007

Friday night dinner présente le sacro-saint dîner du vendredi soir dans une famille tout ce qu’il y a de plus typique. Cette série, c’est toute l’essence de la famille capturée en 20 minutes avec le mordant de l’humour anglais. Le sujet est ô combien banal, et ce n’est pas ici que vous aurez le plus de retournements de situations improbables, mais les meilleures sitcoms sont toujours celles qui parlent de la vie de tous les jours, et celle-ci ne faillit pas à sa tâche. De la couleur des rideaux à l’obsession des parents pour caser leurs enfants, on retrouve forcément un peu de son histoire familiale. L’ensemble prête à sourire, et certaines scènes sont franchement hilarantes. Une bonne petite série à l’anglaise.

La série est reconduite pour une troisième saison.

2. The Mindy Project

Comédie américaine de Mindy Kaling

31682

Voilà une série qui ne m’a convaincue qu’à moitié lorsque j’ai regardé le pilot, mais que je suis bien contente d’avoir continuée. Mindy, c’est la nouvelle Bridget Jones : gynéco brillante à New York, fashionista délurée et incurable romantique, elle est pétrie de bonnes intentions mais cumule gaffe sur gaffe et parle vraiment mais alors VRAIMENT beaucoup trop. Mindy est de ces héroïnes qui collectionnent les situations rocambolesques comme d’autres les vernis (toute ressemblance avec une personne existante blablabla).

Heureusement que j’ai tendance à essayer presque tout, puisque ma première impression était loin d’être très enthousiaste. L’affiche m’évoquait les sitcoms niaises vues et revues où une femme oscille sans cesse entre deux hommes. Le pilot, j’avoue, m’avait plutôt démontré le contraire, mais n’était pas suffisamment amusant à mes yeux pour être certaine de vouloir continuer. Et bien sûr, c’est au final et de loin la meilleure sitcom parue l’année précédente.

J’ai continué un peu par curiosité, tout ça parce que je suis incapable de résister aux femmes brillantes, et Mindy Kaling cumule les rôles : scénariste, productrice, créatrice et rôle titre de la série à elle toute seule ! Et si le monde entier a l’air de s’accorder pour dire que Girls est LA série décomplexante, je trouve que The Mindy project remplit bien mieux ce rôle. L’héroïne est parfaitement imparfaite : elle est loin d’avoir la taille mannequin, et son style vestimentaire ne suit pas les canons de la mode ; brillante doctoresse ET incroyable amatrice de comédies à l’eau de rose, intelligente MAIS mortellement gaffeuse. Une vraie nana comme seule une femme dotée d’un bon sens de l’auto-dérision peut la créer. C’est frais, drôle, avec des personnages atypiques et des situations toutes plus ridicules les unes que les autres. Se moquer de la vie comme ça, c’est un don qu’on ne peut qu’apprécier. Chaque personnage a son comptant de défauts, ce qui les rend tous plus attachants les uns que les autres. Et pour ne rien gâcher c’est de plus en plus drôle, clairement la découverte de l’année !

Rien que le générique me donne la pêche.

La série est reconduite pour une deuxième saison qui a déjà commencé, par ailleurs.

1. Episodes

Série américo-britannique de David Crane et Jeffrey Klarik

Showtime-renouvele-Episodes-pour-une-saison-3_portrait_w532

Un couple de scénaristes anglais emménage à Los Angeles pour adapter sa série à succès sur une chaîne américaine. Mais c’est le choc des cultures et surtout, l’obligation de travailler avec un Matt LeBlanc sur le retour.

Cette série allie à la perfection le meilleur de l’humour américain et de l’humour britannique, avec en prime le talent de David Crane (Daviiiiiiiiid !) pour la dérision, et l’auto-dérision, puisqu’il n’épargne pas Friends, loin de là ! (et pour moi qui pleure un peu plus chaque jour cette série, c’est un véritable régal !). C’est malheureusement trop court, comme toute bonne série british, et j’attends avec impatience la suite.

La série est reconduite pour une troisième saison qui devrait paraître début 2014 si je ne m’abuse (je sais cette phrase est d’un professionnalisme incroyable).

J’espère que la saison à venir sera plus faste en comédies. A venir, le classement des dramas. (Un article bien plus long pour le coup !)

Et vous, quelles ont été vos comédies préférées de l’année ?

Publicités

4 réflexions sur “Saison 2012-2013 : Le bilan des comédies

  1. J’y connais rien en séries comme toujours, par contre niveau comédies en général hihi tu as appris la nouvelle du jour ? (enfin d’hier)
    Il va y avoir un nouveau tome de Bridget Jones d’ici l’année prochaine, et l’adaptation ciné est également déjà prévue évidemment ! =P Mouarf de quoi nous donner quelques années de moins le temps d’un bouquin !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s